LeftRight

Découvrez les candidats, sélectionnés par Polémia, de l'édition 2013 des Bobards d'Or. Puis votez pour éliminer les moins bons bobardeurs, seuls les six meilleurs désinformateurs seront retenus pour la cérémonie du 19 mars.


Suivie en direct par des milliers d’internautes, la IVe cérémonie des Bobards d’Or a eu lieu mardi 19 mars 2013, en présence de 250 personnes qui ont attribué les prix suivants :

Bobard d’Or : Philippe Manière (C’ dans l’air, France 3) pour le bobard professoral, pour avoir osé affirmer de manière péremptoire « Nos flux migratoires en France sont extrêmement ténus » alors qu’il entre en France de l’ordre de 200.000 étrangers supplémentaires par an.


Les soutiens de la Fondation Polémia nous ont renvoyé leur vote par courrier. 767 votes ont été comptabilisés. Voici les résultats.

Bobard Total, l’affaire Merah : 169
Bobard calculette : 161
Bobard par immigrophilie : 145
Bobard d’état civil : 76
Bobard Professoral : 70
Bobard par détournement d’image : 48
Bobard par atténuation : 39
Bobard commercial 34
Bobard par noyade de l’information : 12
Bobard de corail : 8
Bobard du mythomane : 5


Les journalistes qui ont reçu le message ci-dessous doivent maintenant s’en douter…

MOUTON n. m. XIIe siècle.
Probablement issu du gaulois *multo, de même sens. I. Mammifère ruminant domestique de la sous-famille des Ovinés, à la toison épaisse et frisée, le plus souvent blanche. Le mot mouton peut désigner de façon restrictive le mâle châtré. Fig. C’est un mouton, une personne qui a trop de docilité, qui suit l’opinion dominante. Source : Dictionnaire de l’Académie française.

En 2013, la servilité envers les puissants paiera-t-elle enfin : qui sera élu meilleur mouton de la bergerie médiatique ? Réponse au retour du printemps, la saison de la tonte.


13 janvier 2013. Trois cortèges remplissant chacun la Place d’Italie, la Porte Maillot et la Place Denfert-Rochereau, près de quatre heures entre les premiers et les derniers arrivés sur le Champ-de-Mars qui n’a pas pu accueillir tout le monde et qui occupe une surface de 243 000 mètres carrés, des trains spéciaux et plus de 900 cars.


Il suffit d’un mot, « pro » ou « anti », pour commettre une erreur dans la recherche et la publication d’une photographie. Mais il suffit surtout d’être partisan pour formuler un mensonge éhonté et Monsieur Morandini l’a montré.


Les faits se déroulent à Caracas en janvier 2012 lors d’une rencontre entre les présidents Chavez et Ahmadinejad. Alors que le contexte international est tendu, l’AFP donne une interprétation bien particulière des discours prononcés au cours de cette rencontre…


Déclaration de Jean-Jacques Bourdin à la radio : « En 1931 les immigrés représentaient 6,6 % de la population française contre 5,8 % aujourd’hui. (…) En 1931 il y avait 2 fois plus d’immigrés italiens qu’il n’y avait d’Algériens en 2007. (…) En 2007 il y a plus d’immigrés en provenance des USA que de la Côte d’Ivoire. »


Les loups sont lâchés, les fantômes de l’intolérance resurgissent, la droitisation des esprits bat son plein : L’Express parle du « vrai coût de l’immigration » avec, en guise d’illustration, une femme voilée qui entre dans le bâtiment des caisses d’allocations familiales. A entendre la presse de gauche, il s’agit d’une « Une choc » (Télérama, BFM Tv), une grave « polémique », un véritable « malaise » qui frapperait la rédaction de l’Express. Le lecteur est appâté, attiré par les révélations que pourrait lui fournir l’hebdomadaire de Monsieur Barbier. Les médias s’excitent.