28

02

2013

Un « Bobard total » : l’affaire Merah



A quelques semaines de l’élection présidentielle, l’affaire Merah est venue  « bouleverser » la campagne ; elle a suscité une série de bobards assez rocambolesque, partagée par de nombreux médias. Jugez plutôt.

Une du Nouvel Obs du 22/03 : « Juifs, musulmans, antillais : la République frappée au cœur ».

Une du Nouvel Obs du 22/03 : « Juifs, musulmans, antillais : la République frappée au cœur ».

1. Tout commence par l’assassinat de militaires dans le sud de la France. Plusieurs médias (Nouvel Obs, Figaro, Inrocks, L’Huma) les présentent comme antillais pour l’un, musulmans pour les autres. C’est un peu vite oublier que l’un d’eux, Abel Chennouf, est certes d’origine algérienne mais bel et bien catholique. Première erreur, sans doute due aux stéréotypes traînant chez les journalistes, assimilant nécessairement telle origine ethnique à telle religion. Ce que Nicolas Sarkozy a résumé par la pittoresque formule « musulman d’apparence ».

2. Le 19 mars, trois enfants et un adulte, juifs, sont tués devant une école confessionnelle à Toulouse. Deuil national. Les médias en profitent pour donner largement la parole aux professionnels de l’antiracisme (Jakubowicz, Sopo, Hayoun, BHL) qui, immédiatement et sans nuance, visent l’extrême droite et les idées identitaires.

Mélenchon envoie un twitt laconique, en écho à la polémique autour de la citation de Brasillach par Le Pen quelques jours avant : « Brasillach est servi » avec le « hashtag » Toulouse.

« Brasillach est servi »

« Brasillach est servi »

Le Point vend une « première piste » : « des soldats réputés néonazis ». Parmi les autres hypothèses envisageables, celle du « loup solitaire type Anders Behring Breivik » a la faveur des médias (Le Point, L’Huma). Soit des pistes très européo-centrées.

« des soldats réputés néonazis »

« des soldats réputés néonazis »

Les télévisions dressent même le portrait physique du tueur (petit rappel : il portait un casque !) : homme de type caucasien ou européen pour M6, un blanc aux yeux bleus pour France 2, « les yeux bleus sur un visage blanc » pour TF1.

Le 20 mars, Les Inrocks enfoncent le clou en relayant complaisamment les propos du « sociologue » Mucchielli : « Selon les premiers éléments de l’enquête, le meurtrier n’est pas un islamiste ou un banlieusard – les cibles favorites du débat public – mais une personne qui est apparemment issue d’un groupuscule néo-nazi », entretien illustré par la photo d’une banderole déployée par les associations UEJF etc. : « En France, on tue des noirs, des juifs et des arabes ».

« En France, on tue des noirs, des juifs et des arabes »

« En France, on tue des noirs, des juifs et des arabes »

3. Le 21 mars, coup de théâtre : le tueur serait un musulman d’origine maghrébine. La presse alors s’empresse de crier non aux « amalgames ». Les mêmes journalistes qui parlaient de militaires musulmans et d’écoliers juifs évoquent un « Toulousain de 23 ans » (Europe 1) « aimant le foot, les scooters et les sorties en boîte » (France 3).

Un « Toulousain de 23 ans » (Europe 1) « aimant le foot, les scooters et les sorties en boîte » (France 3).

Un « Toulousain de 23 ans » (Europe 1) « aimant le foot, les scooters et les sorties en boîte » (France 3).

Le ton change. On n’a plus affaire à un salaud nazi mais à « un enfant du mariage malheureux entre la France et l’Algérie » (Les Inrocks, 27 mars). Un « visage d’ange d’une beauté sans nom » (Libération, 22 mars 2012).

On n'a plus affaire à un salaud nazi mais à « un enfant du mariage malheureux entre la France et l'Algérie »

Pire, certains médias continuent d’entretenir le doute : pour Le Canard enchaîné, « Le tueur de Toulouse sent le nazi » ; la Une de Charlie Hebdo caricature Jean-Marie Le Pen, lui prêtant ces mots : « Tuerie antisémite de Toulouse, c’est un point de détail de la campagne » ; Le Monde, lui, parle encore des « néo-nazis » tout en concédant que « ce n’est pas la piste principale » (sic).

Un « Bobard total » : l'affaire Merah

Un « Bobard total » : l'affaire Merah

Un « Bobard total » : l'affaire Merah

4. Le traitement bobardier de l’affaire, au fond, est résumé par ce tweet de Nicolas Chapuis (Nouvel Obs, ex-Libé), qui sonne comme un aveu : « Putain ! Je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi ! » – et son collègue Tristan Dessert de lui répondre : « Ça aurait été effectivement plus simple. »

« Putain ! Je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi ! » « Ça aurait été effectivement plus simple. »

« Putain ! Je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi ! » « Ça aurait été effectivement plus simple. »

Bobard sur toute la ligne, donc, et sur toutes les lèvres ! Bobard TOTAL !