1

03

2013

Le bobard professoral



L’an dernier, Éric Le Boucher et Nicolas Doze concouraient aux Bobards, le premier pour nous avoir assuré, sans rire, que l’immigration élevait le salaire des Français, le second pour avoir doctement affirmé que l’immigration ne pesait pas sur les comptes sociaux.

A chaque année son bobardeur pédant : voici le tour de Philippe Manière, « young leader » de la French-American Foundation et expertologue cumulard de la presse écrite et radio (il ramène sa science depuis des années au Nouvel Économiste, aux Échos, à Marianne, à l’Expansion, à la Lettre de L’Expansion, à BFM, à Europe 1, au Point, à l’Express…).

Le bobard professoral

A chaque année son bobardeur pédant : voici le tour de Philippe Manière

Le 5 décembre 2012, sur le plateau de Ce soir ou jamais sur France 3, il déclare du haut de son savoir incontestable :

« Nos flux migratoires en France sont extrêmement ténus. (…) Aujourd’hui le tout petit flux d’immigration qu’on a est vraiment, je vous assure, très peu significatif ; il n’est pas tellement susceptible d’avoir un impact ni économique ni démographique. »

Incontestable, vraiment ? Non ! Car le ton péremptoire ne suffit pas toujours à masquer… le bobard !

Démonstration doucement mais sûrement arithmétique (sur la base des chiffres de l’INSEE – base officielle donc minimisante) :

– en 1999, il y avait 3 338 000 étrangers en  France;

– de 1999 à 2009, 1 474 000 étrangers ont été naturalisés et 236 000 sont décédés ;

– donc 10 ans après 1999, il ne devrait nous rester que 1 628 000 étrangers sur le sol français. (Rappel niveau CE1 à Monsieur Manière : 3 338 000 – (1 474 000 + 236 000) = 1 628 000) ;

– problème : l’INSEE compte 3 771 000 étrangers en France en 2009 ! Soit 2 143 000 étrangers nouveaux en 10 ans ;

– parmi ces étrangers, on a 563 000 nouveau-nés. Donc nous obtenons un solde entrées/sorties de 1 580 000. Soit environ 160 000 nouveaux arrivants par an (au minimum). Alors, pas significatif, le flux ?

Allez, Philippe, pas de Manières : vous méritez bien votre nomination aux Bobards d’Or !