4

03

2013

Bobard par atténuation : les « légères douleurs » des militants FN



La transformation du vocabulaire est le meilleur moyen pour transformer les esprits. Il en va de même pour la manipulation de l’information. L’AFP est une nouvelle fois à l’honneur dans la sélection des grands mensonges médiatiques, par son utilisation particulière des mots et des nuances qui modifient les faits et la réalité.

Bobard par atténuation : les « légères douleurs » des militants FN

Bobard par atténuation : les « légères douleurs » des militants FN

Le samedi 1er décembre 2012, un militant du Front national et sa femme distribuent des prospectus à Bourg-la-Reine. Des militants du Front de gauche les voient et les prennent violemment à partie, frappant le militant à grands coups de matraque. Suite à ses blessures, l’homme est emmené à l’hôpital et en ressort avec huit points de suture sur le crâne.

L’AFP fait alors écho de l’affaire avec des termes très éloignés de la réalité. Selon l’agence, le militant se « plaignait de légères douleurs à la tête » (sic !) et aurait été « bousculé ».

Dans la soirée, l’AFP corrige le tir mais seulement en modifiant légèrement les mots (« reçu des coups ») et en reprenant les mots d’un cadre du FN qui rappelle que le militant avait été « violemment frappé à la tête ». L’AFP reste ainsi extrêmement évasive quant aux faits réels car, rappelons-le, pour huit points de suture, il faut des coups assez violents, notamment quand ceux-ci sont portés à la tête. Cette mise au jour par l’AFP a été possible suite aux réactions sur Internet, notamment par les sites Fdsouche et Le Bréviaire des patriotes ou encore après le tweet de Patrick Devedjian qui met en évidence la violence de l’agression.

Cette méthode de rédaction de l’AFP ne ferait pas tant de bruit si elle s’appliquait à tout le monde, notamment aux FEMEN qui auraient été « violemment agressées par des militants d’extrême droite » le 18 novembre dernier, alors même qu’elles étaient venues provoquer la manifestation des défenseurs de la famille.

Enfin doit être noté le fait que l’AFP n’a, à aucun moment, précisé la qualité ou les motivations des agresseurs. La manipulation de l’information sert avant tout des causes partisanes : aggraver les faits quand les promoteurs du système sont atteints, les atténuer lorsque les ennemis de celui-ci sont pris pour cible.