4

03

2013

Bobard par détournement d’image



Il suffit d’un mot, « pro » ou « anti », pour commettre une erreur dans la recherche et la publication d’une photographie. Mais il suffit surtout d’être partisan pour formuler un mensonge éhonté et Monsieur Morandini l’a montré.

Bobard par détournement d’image

Bobard par détournement d’image

Le 17 novembre 2012, les opposants à la réforme du mariage proposée par Madame Taubira s’étaient rassemblés dans toute la France et notamment à Paris. La police a compté 70 000 manifestants, les organisateurs 200 000 [Page 11 il est dit 100 000 selon les organisateurs]. En réponse à ce franc succès étouffé par les médias et les coteries en tout genre, les partisans du « mariage pour tous » ont manifesté le 16 décembre : 60 000 participants selon la police, 150 000 selon les organisateurs. Le gay cortège fait donc piètre figure et Jean Marc Morandini le sait. Ainsi, il publie sur son blog un article sur le sujet illustré par une photographie de manifestation.

De vigilants internautes ont cependant rapidement découvert la supercherie : il s’agit d’une photo de la manifestation du 17 novembre des opposants à la dénaturation du mariage et non de celle du 16 décembre menée par Pierre Bergé & Co. Les lecteurs de Nouvelles de France ont rapidement relayé l’information et le Salon beige a pu, grâce à un internaute de Twitter, ajouter cette révélation dans son article sur la manifestation. Notons que les deux sites évoqués ont publié leurs estimations quant au nombre de manifestants du 16 décembre : 10 à 15 000. Nouvelles de France nous en donne quelques images :

Bobard par détournement d’image

Notons que les deux sites évoqués ont publié leurs estimations quant au nombre de manifestants du 16 décembre : 10 à 15 000. Nouvelles de France nous en donne quelques images.

Ce bobard notoire n’est pas un cas isolé dans la presse et les médias. Rappelons la célèbre manifestation monstre anti-Poutine qui avait été illustrée par une photographie de la manifestation favorable au président Poutine, en 2012. L’affaire avait d’ailleurs fait l’objet d’un Bobard lors de notre dernière édition de remise de prix.