LeftRight

Catégorie : Les bobards : sélection 2013

Cru 2013 : la sélection


13 janvier 2013. Trois cortèges remplissant chacun la Place d’Italie, la Porte Maillot et la Place Denfert-Rochereau, près de quatre heures entre les premiers et les derniers arrivés sur le Champ-de-Mars qui n’a pas pu accueillir tout le monde et qui occupe une surface de 243 000 mètres carrés, des trains spéciaux et plus de 900 cars.


Il suffit d’un mot, « pro » ou « anti », pour commettre une erreur dans la recherche et la publication d’une photographie. Mais il suffit surtout d’être partisan pour formuler un mensonge éhonté et Monsieur Morandini l’a montré.


Les faits se déroulent à Caracas en janvier 2012 lors d’une rencontre entre les présidents Chavez et Ahmadinejad. Alors que le contexte international est tendu, l’AFP donne une interprétation bien particulière des discours prononcés au cours de cette rencontre…


Déclaration de Jean-Jacques Bourdin à la radio : « En 1931 les immigrés représentaient 6,6 % de la population française contre 5,8 % aujourd’hui. (…) En 1931 il y avait 2 fois plus d’immigrés italiens qu’il n’y avait d’Algériens en 2007. (…) En 2007 il y a plus d’immigrés en provenance des USA que de la Côte d’Ivoire. »


Les loups sont lâchés, les fantômes de l’intolérance resurgissent, la droitisation des esprits bat son plein : L’Express parle du « vrai coût de l’immigration » avec, en guise d’illustration, une femme voilée qui entre dans le bâtiment des caisses d’allocations familiales. A entendre la presse de gauche, il s’agit d’une « Une choc » (Télérama, BFM Tv), une grave « polémique », un véritable « malaise » qui frapperait la rédaction de l’Express. Le lecteur est appâté, attiré par les révélations que pourrait lui fournir l’hebdomadaire de Monsieur Barbier. Les médias s’excitent.


Le « bobard de Corail », ou Quand la Micronésie évite une victoire « écrasante » de la Palestine à l’ONU… de justesse !

Dans son édition du 30 novembre 2012, Le Figaro de Serge Dassault traite de l’acquisition par la Palestine du statut d’État observateur non-membre à l’ONU. Voici comment cette victoire importante pour la cause palestinienne est présentée : « Un vote acquis à une majorité confortable mais pas écrasante de 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions. »


L’an dernier, Éric Le Boucher et Nicolas Doze concouraient aux Bobards, le premier pour nous avoir assuré, sans rire, que l’immigration élevait le salaire des Français, le second pour avoir doctement affirmé que l’immigration ne pesait pas sur les comptes sociaux.

A chaque année son bobardeur pédant : voici le tour de Philippe Manière, « young leader » de la French-American Foundation et expertologue cumulard de la presse écrite et radio (il ramène sa science depuis des années au Nouvel Économiste, aux Échos, à Marianne, à l’Expansion, à la Lettre de L’Expansion, à BFM, à Europe 1, au Point, à l’Express…).


La France et plus généralement l’Occident ont été inondés d’articles de toute sorte sur l’affaire du groupe Pussy Riot. Ce groupe composé uniquement de femmes aurait été jeté au goulag suite à une « performance artistique » dans une église à Moscou. Au travers de cette affaire c’est tout le pouvoir du président Poutine qui est montré du doigt.


Substituer au véritable prénom d’une personne objet d’une enquête ou d’une mise en examen un prénom d’emprunt est une pratique journalistique de plus en plus courante. Mais quant au choix dudit faux prénom, quelques tendances bobardières apparaissent.